Notre réponse au COVID-19: 08/04/2020

L’Allemagne et les Pays Bas ne sont pas près d’accepter la mutualisation de la dette à savoir les coronabonds, certes, mais d’autres solutions telles que la proposition française d’un grand fond spécifique commencent à être mises sur la table.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Les efforts des pays les plus orthodoxes de l’Europe pour utiliser a la fois maintenant et pendant la phase de relance les outils et les règles de la crise de 2008 mettent en stand-by la possibilité d’un accord rapide.

Dans ce sens, les crédits inconditionnelles du MES sont moins conflictuels en ne mutualisant pas les risques entre les partenaires européens. En tout cas, il semble que le pari qui remporte le plus de consensus soit des crédit low-cost via différents canaux; une mesure qui ne pourrait résoudre ni la moitié des problèmes que nous aurons après cette crise.

Ainsi, les heures passent et l’Union Européen continue sans un accord. Selon mon avis, l’objectif est de clôturer un plan d’aide le plus ambitieux possible en quatre lignes:

  1. Un filet de sécurité pour les entreprises via la Banque européenne d’investissement, qui complétè les lignes garanties lancées par chaque pays.
  2. Un filet de sécurité pour les citoyens, en rassurant le chômage qui complétè les mécanisme de chaque nation pour minimiser l’impact sur l’emploi.
  3. Un filet de sécurité pour les États, avec l’instrument de précaution du MES qui permet d’activer un meilleur accès aux liquidités.
  4. Et un filet de sécurité pour la santé qui permette de partager les ressources sanitaires d’une façon organisée et pragmatique selon les principes de solidarité qui inspirent notre Union.

Le rejet par le gouvernement allemand des Coronabonds est égoïste, réductionniste et lâche. Les moyens existants ne suffiront pas à contenir la Crise sanitaire et économique à laquelle nous sommes confrontés

Nous ne sommes pas en 2008, 2011, 2012 ou 2015, heureusement. L’impact de la Pandémie a conduit à une tragédie médicale et humaine en Italie et en Espagne et ce n’est pas car ils ont vécu au-dessus de leurs moyens.

C’est le moment d’être un vrai patriote européen et aider nos confrères de l’Italie et l’Espagne!